12/02/2024

logo_Fontanes_quadri.png

Vœu de soutien aux agriculteurs, voté au conseil municipal
de Fontanès (Loire) du 9 février 2024

 
Pendant plusieurs jours, les agriculteurs ont multiplié les actions de protestation et de blocage pour faire entendre leur mal-être et leurs revendications.

La commune de Fontanès apporte son plein et entier soutien aux agriculteurs français et aux 15 exploitants de son territoire, qui sont les garants de notre souveraineté alimentaire.

Les revendications des agriculteurs autour de la reconnaissance du métier, de la juste rémunération et de la facilitation des conditions d'exercice de leur activité sont légitimes.

Les membres du conseil municipal de Fontanès appellent le Gouvernement à mettre concrètement en œuvre les mesures suivantes permettant de répondre à la crise profonde de l’agriculture et à ne pas se contenter d’actions conjoncturelles :

- Permettre une juste rémunération des agriculteurs et un partage équitable de la valeur des produits agricoles avec notamment l’application stricte de la loi EGALIM, ainsi qu’un contrôle exigeant et assorti de sanctions, des distributeurs et professionnels de l’agro-alimentaire. Pour atteindre vraiment cet objectif, il faudra aller plus loin en interdisant la possibilité d'achat en dessous du prix de revient des produits agricoles, ce que ne permet pas la loi EGALIM en l'état,

- Simplifier, voire supprimer pour certaines, les normes administratives qui complexifient et entravent l’activité agricole, tout en veillant à la protection de l’environnement et de la santé,

- Affirmer, conformément à la déclaration de Nantes (signature approuvée par Saint-Etienne Métropole lors de son bureau du 15 décembre 2022, avec un vote favorable du représentant de la commune de Fontanès), que l’alimentation est un service public et un bien commun, notamment dans le cadre de la restauration scolaire. C’est dans cet esprit que nous relayons avec force les propositions demandant une exception alimentaire dans le code des marchés publics européens, afin d’y intégrer des critères géographiques,

- Ne pas soumettre les agriculteurs français à une concurrence déloyale vis-à-vis de productions n’appliquant pas les mêmes exigences sanitaires, sociales et environnementales. Enfin il faut préserver l'agriculture dans les accords de libre-échanges existants ou en cours de négociation, voire aller jusqu'à l'en sortir si cela s'avérait nécessaire. Les produits agricoles ne sont pas des marchandises comme les autres.

Contacts et horaires

account_balance

Portail enfance

supervised_user_circle

Bibliothèque

import_contacts

Déchets

local_florist

Services

sentiment_satisfied_alt

Commerces

shopping_basket

Salles à louer

bubble_chart